ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Le paysage au-delà des images


HDR de Laurence Le Du-Blayo (ESO Rennes) soutenue en 2015 à l'Université Rennes 2
Direction :

Composition du jury :
  • Paul Arnould, Professeur émérite de géographie, Ecole Nationale Supérieure de Lyon (Rapporteur du jury) ,
  • Serge Briffaud, Professeur d’histoire, Ecole Nationale Supérieure d’ Architecture et de paysage de Bordeaux (Rapporteur du jury),
  • Jeannine Corbonnois, Professeure de géographie, Université du Mans,
  • Pierre-Henry Frangne, Professeur en esthétique et philosophie de l’art, Université Rennes 2 (Rapporteur du jury),
  • Serge Ormaux, Professeur de géographie, Université de Besançon,
  • Bas ( G. B. M. ) Pedroli, Associate Professor Land Use Planning Group, Wageningen Universiteit,
  • Raymonde Séchet, Professeure de Géographie, Université Rennes 2 (Garante de l’HDR)


Beaucoup de choses ont changé depuis une vingtaine d’années dans le domaine du paysage sous l’effet de forces multiples liées notamment à la dynamique impulsée par la Convention Européenne du Paysage (CEP), en conjonction avec l’entrée en lice de nouvelles disciplines ou plutôt de nouvelles sous-disciplines et de nouveaux paradigmes (Géographie sociale, Géographie de la santé et du bien-être, Droit du paysage, Economie du paysage, Psychologie environnementale...) qui viennent recomposer les approches plus anciennes (Géographie physique, Géographie régionale, Géographie culturelle, Histoire, Histoire de l’art, Esthétique et philosophie, Ecologie du paysage, Archéologie du paysage ...).Trois enjeux se dessinent pour cette HDR :1) Prendre du recul, afin de mesurer les évolutions ou changements de paradigmes, cerner les pistes qui se présentent, dessiner peu à peu les contours  de mes champs de recherche, y positionner les points critiques, les travaux précédents et les possibilités de travaux futurs.2) Tenter de structurer une trame de lecture des paysages, mais également questionner les outils et méthodes d’analyse qui en résultent, construire des passerelles avec les acteurs et les politiques publiques.3) Contribuer aussi à faire évoluer les regards et ouvrir de nouveaux horizons : le paysage n’est pas enfermé dans les références picturales des siècles passés et la culture contemporaine nous dit beaucoup sur notre perception et vécu paysager. Tout au long de ce volume d’HDR, peu de tableaux, mais beaucoup d’extraits de Bandes Dessinées dont la présence régulière nous immerge dans une certaine représentation du «territoire, tel que perçu par les populations» (CEP). De même, le paysage n’est pas restreint au lovely green des jardins ou des parcs naturels : de nouvelles frontières territoriales et conceptuelles sont à investir hors des campagnes, comme hors de l’Europe. Les territoires marins et sous-marins font partie de ces champs d’investigations.Le chapitre introductif suit les chemins du paysage et le paysage des chemins pour entrer dans la problématique et franchir les frontières des champs disciplinaires, qui s’articulent par l’ancrage dans le territoire et les enjeux locaux. La question de la perception des paysages se pose immédiatement dans le chapitre suivant, afin de positionner l’ouverture aux paysages non pas seulement contemplés à distance,mais aussi vécus et ressentis de l’intérieur. Cette posture nouvelle fait glisser les attentes du beau paysage vers un paysage agréable à vivre, et renouvelle donc tout un champ d’action associé à la santé et à la notion de bien–être, ce qui est explicité dans le chapitre trois. Elle pose aussi plus clairement le paysage face auxquestions de l’altérité, des inégalités et de la démocratie (chapitre 4). Ces quatre chapitres ouverts sur des questionnements épistémologiques alimentent en chapitre 5 un retour réflexif sur les méthodes d’analyse du paysage, à savoir les évaluations, les inventaires et les suivis de dynamiques, afin de les mettre en perspective et expliciter leurs attendus et limites. Le chapitre conclusif sur les paysages sous-marins met en mouvement les notions abordées dans les chapitres précédents (embodiement, paysage-communauté, paysages thérapeutiques, paysages partagés, inventaires et évaluations...) et les incarne dans une problématique nouvelle, qui repousse les frontières territoriales et interroge notre réactivité scientifique et notre capacité politique d’adaptation. Ainsi les chemins ruraux en chapitre introductif et les sentiers sous-marins en chapitre conclusif sont deux terrains expérimentaux qui encadrent une ouverture théorique (chapitres 2-3-4), laquelle interroge et enrichi des propositions méthodologiques (chapitre 5).