ACCÈS AU SITE DE L'UMR

L’inclusion dans la ville des personnes en fragilité psychique vieillissantes

Une étude qualitative des espaces de vie d’adhérents d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) d’une petite ville


Thèse de Sara Painter (ESO Rennes)
Direction :
Financement :
  • ARED

Composition du jury :


    Comment est-ce qu’on investit, utilise ou évite les espaces du quotidien, lorsqu’on souffre de troubles psychiques et qu’on a la cinquantaine et plus ? La thèse porte sur les pratiques spatiales d’une dizaine d’adhérents âgés de plus de 50 ans d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM) d’une petite ville bretonne. Un GEM est une association organisée pour et par des personnes souffrant de troubles psychiques, pour créer du lien social, de l’ouverture et reprendre confiance. En géographie sociale l’espace n’est pas pensé comme une simple toile de fond sur laquelle serait projeté le quotidien, mais comme une ressource inégalement accessible et mobilisable par les acteurs. L’analyse des pratiques spatiales permet ainsi de mieux comprendre les expériences d’inclusion et d’exclusion vécues au quotidien.

    J’analyse comment se construisent les pratiques spatiales en examinant les facteurs accroissant/contraignant la maîtrise que possèdent les participants sur les espaces qu’ils pratiquent. Parmi les facteurs capacitants, j’étudie l’impact des stratégies mises en place par le GEM pour remplir ses missions d’ouverture sur la cité et de reprise de confiance sur les pratiques spatiales des participants. Je regarde aussi comment les personnes s’adaptent à leur environnement et se débrouillent pour se bricoler dans la ville un quotidien plus vivable.