ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Diagnostic et prospective du fret alternatif au mode routier


Thèse de Soraya Saadi Cauvin (ESO Rennes)
Direction :
Financement :
  • CIFRE

Composition du jury :


    La thèse vise à identifier les verrous au développement du fret non routier en menant une réflexion prospective en vue d’optimiser l’organisation logistique multimodale en région Bretagne.

    Les Conseils régionaux disposent de compétences en matière de transport non routier de marchandises (rail, ports). Dans ce nouveau contexte, la collectivité territoriale de Bretagne se préoccupe de sa position péninsulaire la plaçant à l’écart des grands axes logistiques liée à sa situation et d’un manque ponctuel de capacité. Face à ces défis spécifiques, elle manifeste le souci d’échapper au tout-routier malgré des facteurs peu favorables : gratuité des axes routiers, dispersion des activités industrielles et des acteurs logistiques, modestie du réseau ferroviaire intérieur, absence de voies navigables à grand gabarit, déclin du trafic portuaire, faiblesse organisationnelle de filières alternatives. Le maintien du trafic des ports de marchandises et la relance du fret ferroviaire supposent d’accompagner les opérateurs ferroviaires et les acteurs économiques par des stratégies de moyen et long terme fondées sur une analyse prospective des enjeux et du potentiel des modes non routiers. Soutenir des initiatives telles que le développement de structures intermodales fer-route et fer-mer et le positionnement de nouveaux opérateurs de fret ferroviaires suppose d’améliorer la capacité d’ingénierie territoriale de la collectivité régionale dans le domaine.

    La Région a adopté fin 2013 un Plan régional d’actions logistiques (PRAL) élaboré avec ses partenaires locaux. Ce document de référence intègre tous les modes (route, fer, mer) dans une logique de supply chain et porte sur toutes les filières. L’objectif est de préparer l’évolution souhaitée du système logistique régional et d’accompagner les entreprises vers une moindre dépendance à la route. Cette mutation du fret ne doit pas se réaliser aux dépens du tissu économique mais au contraire favoriser l’activité productive et distributive en Bretagne en préparant la transition souhaitée vers la multimodalité.

    Le principal défi identifié concerne le report modal depuis la route et l’articulation entre fret ferroviaire et transport maritime. Depuis l’adoption du PRAL, peu d’évolutions ont été observées et peu d’initiatives ont vu le jour.

    La recherche proposée a donc d’abord pour mission d’identifier les obstacles à la diversification des modes de transport des biens (multimodalité) en vue de réduire la part écrasante des poids lourds. Il s’agit ensuite d’identifier les leviers d’une intermodalité plus efficace et d’un éventuel transfert modal vers des modes écologiquement et socialement plus admissibles, y compris dans l’hypothèse d’une restauration d’une fiscalité défavorable au transport routier.

    Cette réflexion suppose de conduire une analyse prospective approfondie des scénarios alternatifs aux tendances observées en vue de définir des stratégies réalistes appropriées permettant d’accroître l’efficacité économique, énergétique et écologique de la logistique

    Mots-clés  : Fret – logistique - mode routier - ports – autoroute maritime - gares de marchandises – géographie économique – Bretagne – report modal – supply chain – prospective territoriale – conseil régional – fret ferroviaire – multimodalité – massification – mutualisation