ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Mobilité quotidienne et Intégration urbaine à Nouakchott : Des difficultés d’accès aux transports urbains à l’expérimentation des stratégies d’adaptation.


Thèse de Yakhoub Diagana (ESO Rennes) soutenue en 2010 à Université Rennes 2 29 Octobre 2010
Direction :


Nouakchott est une ville qui a connu ces dernières décennies une importante croissance démographique et un développement spatial excessif. La rapidité avec laquelle ces mutations se sont produites a pris de court la puissance publique et mis à mal les efforts de la collectivité en termes de planification urbaine en général, de création d’infrastructures et d’équipements publics, mais aussi d’acheminement des services de base. Dans ce contexte d’insuffisances généralisées, les distances de déplacements s’allongent et le système de transport urbain a bien des difficultés pour proposer une desserte équitable de l’espace sous un angle d’intégration urbaine des quartiers et pour suivre l’évolution du périmètre urbain. Par conséquent, les besoins de mobilité sont de plus en plus importants et les demandes de transport de moins en moins bien satisfaites. De ce fait, la mobilité quotidienne s’avère problématique à Nouakchott, et les populations les plus exposées au dysfonctionnement du système de transport sont celles qui résident dans les zones urbaines pauvres ou les plus excentrées par rapport au centre-ville. Pour étudier les conséquences de l’insuffisance de l’offre de transport et du manque de solvabilité sur les conditions de mobilité des populations, une enquête-ménage a été menée auprès des familles au sein de deux communes de Nouakchott (El Mina et Riyad). Les résultats de cette enquête montrent que ces insuffisances, loin de pousser les populations au repli sur des pratiques spatiales de proximité, les amènent plutôt à expérimenter des stratégies d’adaptation qui sont en faveur de la mobilité. En effet, lorsque les ressources du ménage ne permettent pas d’assurer un accès permanent aux transports pour l’ensemble des membres du foyer, celui-ci se fait de manière prioritaire. Dans ce mécanisme, l’importance du motif et de la distance de déplacements sont les principaux critères retenus dans les ménages pour juger lequel des membres de la famille a besoin plus qu’un autre de bénéficier des moyens d’accès aux transports. En complément à cette stratégie d’accès sélectif aux transports, la pratique de la marche à pied constitue une autre solution pour contourner le problème de solvabilité et le manque de l’offre de transport. En somme, face à la relégation spatiale et à la marginalisation périphérique, il apparaît que les populations mettent tout en œuvre pour éviter l’assignation au territoire et optent pour une intégration urbaine en bonne et due forme.