ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Migration, environnement, risque côtier, œnotourisme, gouvernance




2021
  • Les dimensions spatiales des relations familiales en migration : les enjeux autour de la grossesse en migration

par Clélia Gasquet-Blanchard, Anne-Cécile Hoyez

Cet article repose sur l’analyse d’observations et d’entretiens conduits dans le cadre de plusieurs terrains de recherches. Il propose une réflexion de fond sur les inégalités en santé périnatale, notamment en termes d’accès aux soins pour les publics primo-arrivants. Ces terrains ont participé à structurer une réflexion autour de la grossesse, et nous conduisent, dans cet article, à aborder les dimensions spatiales identifiées dans les dynamiques relationnelles, et notamment familiales, pour les femmes migrantes récemment arrivées en France et vivant un épisode de grossesse. Nous montrons que les enjeux existant pour ces femmes impliquent des trajectoires tantôt d’éloignement, tantôt de rapprochement avec leur famille plus ou moins élargie. Ces logiques impliquent d’apprendre à gérer la distance, notamment pour le père, et de prendre en considération des contraintes sociales et institutionnelles qui ont un impact important et durable dans la vie maritale. Enfin, ces dynamiques mettent également en avant qu’elles peuvent être guidées par des relations affinitaires décidées par les femmes.

Dans Norois 2020/4 (n° 257), pages 7 à 20

 

  • Pour une valorisation des savoirs d’usage face aux risques côtiers dans un contexte de changement climatique. Application au territoire du Parc Naturel Régional d’Armorique (Finistère, France)

par Lucille Ritschard, Annaig Oiry, Nicole Roux


Cet article vise à interroger les « savoirs d’usage » des risques côtiers dans un contexte de changement climatique. Prenant le contre-pied d’une définition institutionnelle et normative de la culture du risque, nous cherchons à identifier quelles formes et contenus peuvent recouvrir les savoirs des habitants et élus des territoires côtiers au sein du Parc Naturel Régional d’Armorique (PNRA) dans le Finistère. Par le biais d’ateliers participatifs organisés dans cinq communes, nous identifions quatre catégories de savoirs d’usage : les savoirs descriptifs qui témoignent du fonctionnement habituel du territoire, les savoirs sentinelles construits autour d’observations de changements autour d’enjeux territoriaux, les savoirs de l’agir mobilisés en cas de crises qui peuvent soit être auto-construits et individuels, soit plus formalisés et collectifs. Nous discutons enfin de l’intérêt d’une prise en compte de ces savoirs dans les politiques locales et dans les documents réglementaires de gestion des risques côtiers de type Plan de Prévention des Risques Littoraux. En dernier lieu, nous verrons comment cette expérimentation autour des ateliers et de la cartographie participative peut contribuer à des réflexions critiques sur la culture du risque.

Dans Norois 2020/4 (n° 257), pages 55 à 69



Presses universitaires de Rennes
NOROIS
ISBN : 9782753583238
90 p.